[Photo argentique] La numérisation des films Part.1 : quels besoins et quels matériels ?

Bonjour à tous !

 

Vous avez entre les mains un film développé et il faut maintenant l’exploiter… En argentique, vous devez choisir entre le tirage traditionnel ou la numérisation. Nous allons aujourd’hui parler de la seconde pour que vous puissiez, comme moi, avoir le plaisir d’utiliser vos photos de trains ukrainiens pour faire de jolies en-tête sur vos articles de blog.

On y va !

.

Je pratique l’argentique sérieusement depuis maintenant quatre ans. Au tout début de ma pratique et dans l’idée d’une continuité visuelle sur l’ensemble de ma production photographique, j’ai fait un choix de pellicule couleur selon mes goûts. J’ai retenu la Provia 100F de Fuji. Un choix exigeant car ce film demande une grande précision à l’exposition et n’autorise plus le tirage faute de papier. Le scanner est immédiatement devenu aussi nécessaire que le boitier pour exploiter mes photographies. Plutôt exigeant avec ma production photographique, j’ai toujours fouillé et testé pour savoir comment améliorer mon travail, chercher du nouveau matériel, de nouvelles méthodes, etc… Cet article est le fruit de ces années de recherches.

Continue reading

[photo argentique] La numérisation des films Part.2 : acquisition et traitement

Vous avez désormais le matériel nécessaire pour numériser vos photos. Il faut maintenant s’en servir ! Comme dans la première partie, je vais vous proposer quelques méthodes et comparaisons avec lesquels j’obtiens des résultats que je trouve satisfaisants. Cet article est décomposé en phases et thématiques : on commence par un tronc commun par lequel vous passerez forcément avant de détailler, type de film par type de film, comment se dépatouiller ! Les tests sont réalisés sur un V800 pour le scanner ou avec un Pentax K70 pour la photo numérique. Je traite mes photos avec Capture One Pro (mais des outils similaires sont disponibles sur Lightroom) et utilise Photoshop Elements.

.

. Continue reading

Un week-end en vallée du Rhône [Rolleiflex]

C’est l’histoire d’un week-end qui a mal commencé… Dans un contexte de test grandeur nature de voyage à vélo et en train, j’avais décidé de me rendre en Lozère sur la célèbre ligne du Translozérien. La moyenne montagne avec ses routes sinueuses et la fraîcheur de ses nuits permettaient de me mettre quelques jours dans les conditions de mon prochain voyage.

J’avais tout ficelé : trajet aller, coins photos, grille horaire et trajet retour. J’avais tout prévu… Sauf une grève des cheminots languedociens ! Ils protestaient tout le week-end contre la fermeture de nombreux guichets sur leurs territoires. Les conséquences sur la circulation des TER sur toute la région étaient énormes et le peu de trains circulant en Lozère ce WE a été reporté sur route. Cela signifiait que je fonçais tout droit vers une ligne qui ne verrait passer aucun train… Évidemment, je m’en suis rendu compte à 10 minutes de mon arrivée à Nîmes !

Il a fallu réagir vite et deux possibilités se sont vites imposées à moi : la première était de continuer sur Narbonne pour passer le WE vers Port la Nouvelle et l’île sainte Lucie, au risque d’être toujours impacté par la grève ; la seconde était de me rendre en vallée du Rhône où j’avais fait du repérage quelques mois auparavant. C’est le tableau des départ de la gare de Nîmes qui en a décidé : j’ai sauté dans le TER pour Avignon puis dans un autre pour Bollène où je suis descendu à la nuit tombante. J’ai profité du voyage pour remonter un programme qui me tiendrait jusqu’au dimanche soir !

Je suis arrivé dans le petit village fortifié le vendredi soir. Une fête battait son plein et tout le monde profitait de la douceur du soir assis aux tables des restos et bistrots. J’ai planté la tente dans le petit bois jouxtant l’éperon rocheux sur lequel fut bâtis la forteresse protégeant la vallée depuis le XIeme siècle.

.

Un matin à Mornas

Le matin, j’ai attendu que le soleil se lève depuis un coin photo repéré sur google maps. Un pari d’autant plus ambitieux qu’aucune photo récente n’a été réalisée depuis ce point de vue à l’accès compliqué.

Ma première photo est le TER 17709 pour Marseille. Il fallait redoubler de concentration pour cadrer à main levée sans rien couper tout en écoutant siffler la voie pour être prêt à déclencher dans les deux secondes suivant l’apparition du train.

. Continue reading

Pérégrination slovène [Rolleiflex 2.8 – Provia 100F]

Nous sommes partis avec Anaïs visiter un pays d’Europe souvent méconnu des français : la Slovénie. Ce petit pays entre Alpes et Adriatique a pourtant bien des qualités. Il est aussi développé qu’il y fait bon vivre, les slovènes sont accueillants et ont un anglais parfait. A l’arrivée dans la capitale, le sentiment de sécurité et de bien être est évident. La Slovénie recèle de milles et un trésors, elle est riche d’une histoire et d’une culture faite d’influences italiennes, vénitiennes, slaves et austro-hongroises et que l’on retrouve dans l’architecture, la gastronomie ou l’art de vivre. Ce voyage nous a absolument enchanté tant il nous a apporté.

Si cette pérégrination estivale n’était ni spécifiquement photographique, ni spécifiquement ferroviaire, difficile pour moi de chasser le naturel : il serait revenu au galop. A plusieurs reprises durant nos deux semaines, je suis allé quelques heures au bord des voies. J’étais déjà venu en Slovénie et notamment en janvier 2018 à l’occasion d’un grand road-trip européen. Ce voyage estival était l’occasion de redécouvrir certains secteurs, aujourd’hui familiers, avec une végétation épanouie et quelques degrés de plus.

L’ensemble de ces photos – sauf une – ont été prises à l’aide du Rolleiflex 2.8E que j’ai acquis il y a quelques mois et qui a démontré tout au long de ce voyage son excellent fonctionnement. Il complète sans jamais rougir l’Hasselblad qui a pris de vraies vacances avec moins de 20 déclenchements!… Allez, départ !

.

Gare centrale de Ljubljana

Au petit matin, le soleil illumine les premiers candidats au voyage. Dans ce pays, l’astre du jour se lève une heure plus tôt qu’à Paris et en ce 25 juin, il fallait être matinal pour se retrouver à 5h00 sur le quai. Contrairement à chez nous, les troquets de gare sont encore largement répandus et celui de la gare de Ljubljana est ouvert, bien sûr !

.

Le « Pohorje » R1605 est l’un des trains emblématiques du pays. Il relie Maribor, au pied des monts du Pohorje, à Koper, sur la côte adriatique et dessert Ljubljana vers 6 heures le matin. Ce jour là, le train drapeau affiche une belle composition typiquement estivale avec l’adjonction d’un fourgon en première position et de quelques voitures hongroises visibles en queue de train. Ces dernières sont parties de Budapest la veille au soir. On retrouve à la traction l’une des fameuses « Brižita » ou « Brigitte », encore toute pimpante malgré son bel âge. Les ferroviphiles reconnaissent immédiatement la ligne singulière de ces machines construites en France par Alsthom et qui sont des adaptations de nos 6500. Le surnom « Brigitte » est lié à Brigitte Bardot, célèbre à l’époque où ces machines ont été livrées. Le nez cassé et galbé des machines a rappelé aux cheminots slovènes la poitrine de l’actrice!… Vous pensez que c’est une blague ? Demandez à un agent ou à un passionné slovène ce qu’est une « Brižita », vous verrez qu’il saura vous répondre…

. Continue reading

Trente minutes à Lille Flandres [Hasselblad – Provia 100F]

Avec son grand bâtiment voyageur en pierre et sa large verrière, Lille Flandres est incontestablement l’une des plus belles gares de France. J’y suis passé le mois dernier pour me rendre à une exposition. Si je ne me suis pas éternisé le matin, j’ai eu une trentaine de minutes d’avance le soir avant de reprendre le train vers Paris. J’avais le Blad dans le sac, une Provia 100 dedans et quelques rayons de soleil épars caressant l’intérieur de la gare à travers sa marquise. Il n’en fallait pas plus pour m’occuper avec un petit exercice : 30 minutes pour faire 12 photos représentatives de l’ambiance d’établissement ce samedi là. La gare Flandres est plutôt facile à photographier, elle est large, lumineuse, esthétique, pas encore pourrie par la publicité ou la signalétique à outrance. Seule la succession de nuages au dessus de Lille m’a posé problème puisqu’elle induit une légère dominante bleue lors des passages nuageux. Qu’importe, voici donc sept photos d’ambiance de Flandres.

.

.

. Continue reading

12 vues sur Daugavpils – Indra [Rolleiflex T – Ilford HP5]

La ligne de Daugavpils à Indra est longue de 76 kilomètres et relie la deuxième plus grande ville de Lettonie à la frontière biélorusse. D’abord construite à l’écartement standard de 1.435m, elle fut mise à l’écartement russe en 1940, au moment de l’annexion de la Lettonie à l’URSS. L’indépendance retrouvée, la Lettonie a conservé cette ligne et le reste de son réseau dans son nouvel écartement afin de continuer d’échanger avec les pays voisins. La Russie, après avoir été occupante, est devenue la principale partenaire commerciale. Cette dernière fait circuler de nombreux trains entre sa métropole et l’antenne de Kaliningrad et une bonne partie de ceux-ci transitent par « Dauga – Indra ».

 

Continue reading

Comme un air de vacances… [Hasselblad/Provia 100]

Cela fait un certain temps que je n’avais rien publié sur le blog. En mars, nous sommes tous à la recherche du soleil qui, ô surpriiise, n’a pas beaucoup brillé en France depuis quelques mois… Je vous propose une sélection qui sent bon l’iode, le sable chaud et le petit diesel qui galope ! Elle met en scène le célèbre « Tire-Bouchon » reliant Auray à la presqu’île de Quiberon. Il passe à travers les forêts de pins, les sables de l’Isthme et de petites haltes isolées avant de déverser une vague de vacanciers en gare de Quiberon, à deux pas de l’océan. La ligne est un écrin de premier ordre par la diversité de ses paysages, la beauté de ses petites gares et l’absence aussi remarquée que remarquable des installations modernes (grillages, quais hauts, publicités criardes, etc…) qui font horreur aux photographes.

L’été 2017 fut par ailleurs le dernier à voir circuler les X2100. Ces autorails  mono-caisses assuraient depuis quelques années la totalité des rotations : plus de dix par jour de mi juin à mi septembre. Ils vont laisser leur place à d’autres TER, plus modernes. Ces derniers risquent d’être plus agressifs pour la voie dont l’état ne cesse de se dégrader d’années en années faute d’un entretien suffisant pour la maintenir en bon état. Son état n’est certes pas encore critique mais espérons que les collectivités territoriales sauront prendre à temps la mesure de l’importance du trafic que le « Tire Bouchon » draine en haute saison. Car il est, plus que tous les autres, le train des vacances. Il est le seul à vous permettre de débarquer directement sur le sable brûlant et descendre vers la mer en passant par le loueur de surf ou le bar de l’Isthme.

Attention au départ ! Direction la plage !

Continue reading

Schaerbeek : Une Provia 100 poussée à 400

La gare de Schaerbeek est située en banlieue de Bruxelles. Cet établissement voit passer l’essentiel des circulations en provenance de la capitale belge vers le Nord et l’Est du pays. J’ai profité d’une paire d’heure à la suite d’une journée de formation organisée par mon entreprise pour m’y rendre. La gare a conservé son cachet avec un son joli BV, ses abris en fer forgé et ses quais bas. Il ne manquait plus qu’un bon ciel d’hiver pour donner au lieu une dimension authentique et glauque. J’avais tout de même un problème épineux à régler : avec le peu de lumière dont je disposais, il devenait difficile de faire d’utiliser la Provia 100F à sa sensibilité nominale. J’ai donc « poussé » le film.

Continue reading

Fonds de tiroir et wagon isolé [Rolleiflex T/Ektar 100]

.

Repartez de la dernière photographie de la série « Des pass et des grands espaces » qui présente les grands espaces américains et mon retour à Los Angeles… Le poste d’aiguillage d’Hobart s’élève au milieu des voies. Entre ses quatre murs, il ne reste rien. Le matériel est parti depuis longtemps et l’électronique d’un grand poste de commande a remplacé ses antiques leviers pour faire évoluer les wagons sur le faisceau du « Commerce ».

Continue reading