Grands pass et grands espaces

Des grands "pass" aux grands espaces

Cette série californienne ouvre sur la ligne du Tehachapi pass. Un grand train du BNSF approche du « Tunnel 2 » à faible allure. Le ciel limpide annonce une journée d’une chaleur étouffante. Les prés desséchés par le soleil d’été et parsemés de chênes plantent le cadre au sein duquel s’exécute l’un des beaux ballets ferroviaires de l’Ouest-américain. Chaque jour des dizaines de convois tous plus impressionnants les uns que les autres transitent par cet axe de l’Union Pacific. Ils s’enroulent, serpentent dans d’immenses courbes et se frayent un chemin entre les collines pour atteindre la petite ville de Tehachapi avant de filer vers Mojave.

Mojave; c’est le nom d’une petite ville de quelques milliers d’âmes mais surtout celui du désert qui sépare le bassin de Los Angeles des rives du Colorado. Là bas, la voie ferrée et la route 66 tracent tout droit à travers l’immensité. La transcon’ line est la ligne de transit par excellence des conteneurs arrivés par l’océan cheminant jusque dans l’Est du pays. La charge est telle que ceux-ci sont gerbés les uns sur les autres.

Le retour s’effectue par Barstow et Victorville. Ces villes autrefois rayonnantes ne sont plus aujourd’hui que l’ombre d’elle même. Les quelques industries encore présentes sur place n’endiguent pas une crise sociale terrible mise en exergue par l’aridité et la rudesse des paysages. La descente vers San Bernardino s’effectue par le « Cajon pass ». Il est illustré par la célèbre « Sullivan’s curve », du nom du premier photographe à poser son appareil dans ce lieu si particulier pour y saisir les trains. Le paysage du pass est unique. Il est fruit de l’activité sismique de la faille de San Andreas, située à moins d’un mile de la voie.

San Bernardino est la porte ouverte sur la mégalopole de Los Angeles. La ligne se ramifie alors pour atteindre de nombreux triages. La série se termine dans les environs de Hobart, où une ancienne « Tower » abandonnée semble encore veiller sur les « diamonds » formés par le croisement des lignes de banlieue et de dessertes. Il est déjà temps de rejoindre l’aéroport, tout proche. C’était un beau voyage !

Details

  • Période : Septembre 2016
  • Appareil : Rolleiflex T
  • Film : Provia 100F
  • Scanner : Epson V800