Un aller simple pour Bangkok

Un aller simple pour Bangkok

Notre voyage commence en gare de Khun Tan, au cœur du parc éponyme situé à moins de cent kilomètres de Chiang Mai. Localisé au creux des montagnes, l’établissement « à l’ancienne » est pourvu d’une ligne téléphonique aérienne et la signalisation mécanique qui y est implantée est doublée par un système de bâtons pilotes. Les grandes « CC » diesel thaïlandaises et quelques automotrices assurent les « express » « special express » et autres « Rapid » entre cette région longtemps reculée et la capitale, Bangkok où nous nous rendons. Durant les premiers kilomètres de notre parcours, la voie serpente dans la moyenne montagne et franchit les viaducs qui lui permettent de gagner les plaines et la ville de Nakhon Lampang. La nuit tombe et nous gagnons notre couchette.

Le lendemain matin, Lopburi nous tend les bras. La « ville aux singes » se laisse observer quelques instants entre temple en ruine rappelant les plus belles heures du royaume de Siam et les rizières avoisinantes nourrissant une population thaïlandaise grandissante. Un pas plus loin, après un voyage en troisième classe, nous marquons l’arrêt à Ban Pachi Junction où nos trains rejoignent ceux de l’artère de l’Est, menant au Laos. Le marché de rue et l’animation de la gare le font pressentir : Bangkok n’est plus très loin.

Ayutthaya passe sans se faire remarquer et nous abordons la mégalopole Thaïlandaise en se faufilant sous des kilomètres d’autoroutes tentaculaires. C’est maintenant la ville pleine de vie qui enserre la voie ferrée. Les populations les plus modestes habitent et circulent au bord de cette dernière. D’immenses avenues sont traversées par des passages à niveaux dont les gardiens ne savent plus à qui donner priorité… Notre convoi franchit dernière courbe, passe sous un petit pont et arrive à Bangkok Hua Lampong, son terminus. Sous l’immense verrière de la plus grande gare du pays, on saute dans un train, on installe des plaques d’itinéraires, on nettoie, on répare… D’ailleurs, la nuit tombe de nouveau et des trains de nuit rutilants aux destinations lointaines sont à quais… On repartirait bien…

Mes sincères remerciements à David pour le prêt de son Blad !

Details

  • Période : Février 2017
  • Appareils : Hasselblad 503 / Rolleiflex T
  • Film : Provia 100F / Provia 400X
  • Scanner : Epson V800